Résumé pour les pressés :
Venez écouter la petite musique du monde, celle qui anime les rêves et la réalité de Victor, l’enfant troubadour. Avec cet album-poème, Cathy Dutruch amène les petits lecteurs à découvrir en douceur la différence.
Age idéal : à partir de 9 ans. Support : Apple et Android. Prix : 3,59€ (Apple)  1,79€ (Android)
A télécharger ici sur l’Apple Store. A télécharger là sur le Google Play.

 

Le rythme des mots

La petite musique du monde 1Victor est un bébé. Victor est un enfant qui grandit. « A son rythme à lui, un peu plus lent, sans conjuguer correctement, surtout le passé simple car si vous trouvez un jour quelque chose de simple dans les histoires passées, venez donc me le dire. »
L’éditeur La souris qui raconte propose en version applicative l’histoire d’un enfant différent et qui le comprend en un instant. La narration se déroule comme un long poème, qui donne par petites touches des indices sur un être et une vie presque comme les autres.

La petite musique du monde 2On apprend que Victor ne gaspille pas les mots, trop précieux pour être dispersés. Qu’il vit au rythme des oiseaux et de la nature, un univers de douceur et de couleurs, de légèreté et d’envols. « Parfois une maîtresse douce (…) peut entendre elle aussi la petite musique du monde qui vit dans le coeur de Victor. » Et parfois une autre maîtresse ou un autre adulte ne comprend pas cet enfant là, hors champs, hors cadre, ancré dans un autre réel, celui du ciel.

 

Douceur et tristesse

La petite musique du monde 6Ce livre numérique, écrit avec finesse par Cathy Dutruch et illustré avec douceur par Farah Allegue, constitue un très bel album. La musique d’accompagnement participe à la force du texte et nous imprègne d’une ambiance paisible accompagnée d’une note de tristesse.
L’histoire ne se termine pas vraiment, elle reste ouverte. Le livre veut ainsi ouvrir des possibles et invite à l’échange sur le thème de la différence.
Je vous conseille de proposer ce livre à des enfants à partir de 9/10 ans en les accompagnant dans la lecture. Eux aussi, les jeunes lecteurs, sont à guider en douceur vers Victor, l’enfant poète, vers sa vision du monde si différente mais si attirante, qui regarde d’un œil distant les besoins des hommes à travailler et à s’insérer.

 

A la recherche des temps

L’histoire est animée légèrement à chaque page mais d’elle même. Il n’y a pas dans cet album de jeu complice avec le lecteur à la manière du magnifique Conte du haut de mon crâne.
La petite musique du monde 5Par ailleurs, l’auteure, à la dernière page, lance un appel à ses petits lecteurs : « Il est très tôt encore dans ce monde pour clore une histoire. Vous écrirez la vôtre, sans oublier de la signer et vous me l’enverrez, c’est facile, c’est tout droit, c’est juste derrière la colline que j’habite. »
On ne peut pas l’envoyer pour de vrai cette histoire écrite par les autres, les lecteurs, celle des autres Victor. Ça aurait pourtant constitué une magnifique conclusion que de poursuivre le charme de cet album différent en ouvrant une dimension et un lien vers l’île des oiseaux rêvée en un clin d’oeil e-mailée ;-).

 

La petite musique du monde

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.