Résumé pour les pressés :
En tant que consommateur d’applications, nous avons un certain pouvoir. Le pouvoir d’aider au succès. Le pouvoir de soutenir la qualité. Et le pouvoir d’achat ou de financement. Plusieurs éditeurs francophones mènent en ce moment des campagnes de crowdfunding auprès du grand public pour financer leurs projets d’applications Jeunesse. Explications. 
 
 

 Financement collectif

Crowdfunding, financement participatif : voici des mots barbares qui ne vous évoquent peut-être pas grand chose.
Il s’agit d’une autre manière, pour les créateurs de projets et d’entreprises, de financer leurs projets. Car c’est moi, toi, nous, vous, c’est tout le monde qui peut soutenir. Si le projet vous semble pertinent si vous vous voulez qu’il voit le jour, vous pouvez ainsi contribuer à son financement en offrant  1€,  5€, 10€, 200€ ou 1500 €. Autant que bon vous semble !

Des sites Web se sont spécialisés depuis quelques années dans cette forme de collecte de fonds. Et les éditeurs d’applications Jeunesse francophones ont décidé d’y tenter leur chance. Les sommes recherchées sont de quelques milliers d’euros, soit un budget d’envergure raisonnable, comparé au prix de développement d’une appli qui demande de faire appel à de multiples compétences entre les auteurs et illustrateurs, le développement informatique, l’animation et le travail du son et de voix.

 

Un abécédaire et un livre

 

La démarche est saine et très 3.0. Alors si vous appréciez leurs styles et idées, voici les projets que vous pouvez en ce moment soutenir :

1. L’abécédaire qui ne sait pas se taire par Europa Apps. L’éditeur  des fameuses histoires et jeux de lapins a publié récemment une application de jeux aux illustrations remarquées, signées par Virginie Aracil, Kids Square – que je n’ai pas encore eu le temps de vous détailler mais c’est prévu ;).

L’abécédaire est un second projet de  Virginie Arcil qui indique : « J’ai voulu faire un parcours complètement libre à travers les lettres de l’alphabet, avec des mots choisis et mon univers graphique. J’ai voulu cet abécédaire original et ludique, qu’il devienne un espace éducatif et de jeux. » L’éditeur a prévu un financement interne de 4000 € et cherche à rassembler les 6000 € manquants.
Pour en savoir plus, vous pouvez retrouver ce projet sur KissKiss BankBank. Et comme il est de coutume dans le crowdfunding, vous recevrez des petits cadeaux en contrepartie de votre don : votre nom dans les crédits de l’appli à partir de 10€, un t-shirt à partir de 40€ ou un petit dej au lit  livré chez vous chaque dimanche à partir de 10 000 € ;-).

 

2. Bullon et ses amis par Iboo Interactive. Les créateurs de Moutcho et Pitrouille souhaite publier le second tome de  cet univers gai et loufoque. Le second livre doit être l’instar du premier, animé et dynamique.

Iboo Interactive a indiqué pour ce financement participatif un objectif de 4000 €. Mais l’éditeur estime que cela lui permettra de financer le scénario et le développement graphique. Et qu’il leur faudra rassembler au total, 25 000 € pour financer le projet dans sa globalité.

Si vous avez aimé la Tralala et les inventions de Bangoo, vous pouvez aller soutenir le projet du tome 2 sur le site Ulule. A partir de 5€ de contribution vous recevrez des cartes postales des personnages, à partir de 50€ un poster dédicacé, et à partir de 250€ un après-midi spécial autour de l’application chez vous et jusqu’à 5 enfants à Lyon ou à Paris.

 

Vague participative

 

D’autres éditeurs ont déjà fait appel à ce mode de financement. C’est le cas au Québec récemment d’Antoine van Eetvelde, éditeur de l’application J’accorde qui avait ainsi récolté 5104 $ . Et en France de StudioPixMix, qui avait rassemblé 2215 € pour financer l’application « Mon enfant apprend les aliments avec Ludo », application sortie depuis pour Apple et Android. 

On aime tant les belles applications pensées, réfléchies pour les enfants, animées avec soin, illustrées avec brio. Pourquoi ne pas donner un petit coup de pouce et d’euros aux éditeurs ?
D’ailleurs si vous êtes éditeur, que vous respectez les règles de base de qualité d’une application – comme indiquées dans la charte du Crak, Cercle du numérique Jeunesse  – et que vous menez actuellement une campagne de financement participatif, contactez-moi afin que je rajoute ici votre projet.

2 réponses

  1. Bonjour Laure,

    Merci d’avoir mentionné J’accorde. Pour nous, l’expérience de financement participatif a aussi été une belle occasion d’aller à la rencontre des gens et d’échanger des idées, ce qui ne se fait pas toujours facilement autrement.

    Si quelqu’un lisant votre article a des questions ou souhaite en savoir plus sur les avantages et les difficultés du financement participatif, qu’il n’hésite pas à m’écrire à antoine(at)pastequedeau.com.

    Merci,

    Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.