[Dernière mise à jour : décembre 2015]
Résumé pour les pressés :
Voici une application de jeu, présentée sous forme d’histoire. Les enfants vont aider une sorcière à retrouver son nom et à démasquer le voleur d’identité. Une appli assez originale, que même les plus petits aimeront expérimenter.
Age idéal : 4/9 ans grâce à trois niveaux de jeux. Support : Apple et Android.
Prix : 3,99 € pour iPad, 0,99€ pour iPhone, 3,49€ pour Android sur le Google Play, ou l’App-shop Amazon.
A télécharger ici pour iPad sur l’Apple store, là pour iPhone sur l’Apple store et là pour Android sur le Google Play ou par ici sur le l’App-shop d’Amazon.

 

Potion magique

Nous en avions eu un aperçu lors des trophées Wouap Doo Apps : La sorcière sans nom, éditée par la jeune société SlimCricket, est sortie il y a quelques jours. Il s’agit d’une histoire à jouer, présentée comme un livre, avec un texte à écouter ou à lire, ponctuée en permanence de mini-jeux.
Le scénario est basé sur une affaire peu ordinaire : une sorcière sans nom décide de retrouver celle ou celui qui lui a volé son patronyme pour lui demander de lui rendre.
Aidée de sa chauve-souris, elle va  rassembler les ingrédients d’une potion magique pour aller au bout de sa quête et discuter avec le voleur.

 

Minis jeux en pagaille

Que penser de cette drôle de sorcière ? Et bien déjà qu’elle regorge de petits jeux sympathiques.
A chaque écran, l’enfant est invité à lancer des sorts, ranger des affaires, reconstituer une notice, guider les deux compagnons, choisir les bons vers luisants, activer personnages ou sons.
Par ailleurs, chose encore rare dans les applis, toutes les fonctions de la tablette sont utilisées : la boussole permettra à l’enfant d’aider les deux héroïnes à trouver leur chemin, la caméra et le microphone permettront à l’histoire de se terminer.
Car chuuuut, ne prévenez surtout pas vos enfants mais le petit suspense se résoud joliment : une fois la potion magique reconstituée, le voleur de nom va apparaître dans la boule de cristal. Ce voleur… est celui qui regarde l’appli 😉 Et c’est lui aussi qui devra imaginer le nom de la sorcière.

 

Rire facile mais rire réussi !

Autre bonne idée : trois niveaux différents de jeux sont proposés, à paramétrer sur la page d’accueil. J’ai cru au départ que cela paramétrait aussi le niveau de texte mais non, dommage.
Du côté des textes justement, l’histoire est simple et sans ambages. La potion à recomposer pour démasquer le voleur se compose d’ingrédients les plus évocateurs : chaussette moisie, poil de nez de géant, jus de vers-luisant et concert de prouts… bien sûr les petits seront tout contents de toucher du doigt les ventres de la sorcière et de la chauve-souris pour composer une symphonie en rythme.
De trop grosses ficelles sont souvent signe d’un manque d’imagination.
Ceci dit, on est là pour se divertir, c’est d’ailleurs dans la catégorie Divertissement que SlimCricket s’était présenté aux Wouap Doo Apps, même s’il est classé dans la catégorie Livres de l’AppStore.

 

Visuel animé

Du côté du visuel, l’effet de profondeur de champ est très réussi : quand on pose le doigt sur l’écran, on déplace la scène et on peut découvrir des aspects cachés. Le graphisme quant à lui évoque celui des jeux vidéos ou du dessin animé.
Ce qui me plaît dans cette appli,  c’est cette envie d’innover que l’on perçoit.
Par exemple un autre petit détail m’a amusé : si l’on quitte l’histoire et que l’on revient en page d’accueil, la voix de la sorcière se demande ce qui se passe et pourquoi le lecteur a quitté l’histoire.
Ah, une dernière chose : si vos enfants sont très appliqués, ils arriveront à débloquer la surprise accessible en home – autant vous prévenir que pour obtenir cette surprise il faut , entre autres, avoir trouvé à chaque page le criquet caché dans l’écran.
La surprise leur permettra de se retrouver aux côtés des personnages.
En conclusion, voici une bonne appli pour les vacances !

 

Voici une vidéo de l’éditeur pour vous donner une idée de tout ceci :

La Sorcière sans nom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.