Bonne année, comme c’est banal. Excellente année, comme c’est classique. Belle année, comme c’est aléatoire. Merveilleuse année, comme c’est elfique.

Magique, ludique, numérique. Pétillant, passionnant, envoûtant. Tous les superlatifs pourraient exprimer mon souhait de voir ce 2012 partageur et enrichissant.

Mais après tout, c’est à Vous, lecteurs et clients, de choisir ! Je vous souhaite l’année que Vous voulez, réservée ou drôle, douce ou énergique. Comme pour les applis : je vous souhaite les applications ludo-éducatives que Vous voulez, que vous soyez équipés d’un smartphone ou d’une tablette Apple ou Androïd, d’une liseuse ou d’un ordinateur.

L’attente des consommateurs enfle : ils veulent lire et consulter des applis où ils veulent, comme ils veulent, sans dépendre d’un système ou d’un appareil.

 

Le règne du conte


Les enjeux financiers pèsent si lourds qu’ils faussent la balance des attentes du grand public.
Les matchs 2012 s’annoncent serrés.
Sur le ring financier, on va retrouver des duels de titans : Google et Apple, chacun tentant de s’approprier le marché des appareils et partiellement des contenus, via les applications; Amazon et Apple, positionnés l’un en face de l’autre sur le marché des livres numériques; le jeu vidéo et l’édition papier jeunesse, à chaque bout de la lorgnette des applis.

Et les réflexions stratégiques se positionnent bien au delà des applications : les petits carrés magiques qui fleurissent sur vos smartphones et tablettes ne sont que la partie visible de l’iceberg.
En dessous se cache le règne de l’histoire que le lecteur aime à retrouver sur des médias différents : elle commence en papier, se continue sur un site web, se prolonge via une appli, se regarde en version TV, s’anime en jeu vidéo.

 

Alerte auteurs


Faiseurs d’histoires, il est temps de faire entendre vos voix.
Auteurs jeunesse, levez vous !

Arrive la plus belle opportunité que vous n’ayez jamais eu.
Vos histoires en numérique vont revivre, demain et à l’infini. Plus de pilons, d’invendus, de fins de publications.
Vos contes vont s’épanouir, se prolonger. Ils s’animent, se jouent et se font caméléons tactiles.

Auteurs jeunesse, inquiétez-vous !
Comment vos personnages survivront avec des prix d’applis positionnées à 3€ ?
A qui allez-vous vous confier la mutation de vos histoires : à vos éditeurs traditionnels, à des acteurs du monde du jeu vidéo, à des sociétés de développement Web, à des nouveaux entrants ?

Que 2012 soit numérique, l’équipe de La souris grise n’en doute guère.
Numérique et paradoxale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.