Résumé pour les pressés :
Mai, Jan, Achim et Melissa partent à la recherche du chien Tofu, kidnappé en ville. Au cours des tableaux, les quatre amis gagneront leur titre de The Unstoppables. En s’épaulant et en réfléchissant ensemble, rien ni personne ne pourra les arrêter. Éditée par la fondation suisse Cerebral, cette application gratuite a pour objectif de valoriser la solidarité, quelles que soient les particularités de chacun. Mission réussie.
 Age idéal : 7/10 ans
Support : Apple Android
Prix : gratuit
A télécharger par ici sur l’Apple Store
A télécharger de ce côté sur le Google

 

On a kidnappé Tofu !

The Unstoppables 5

Une bande d’amis, Mai, Jan, Achim et Melissa se balade en ville quand soudain … le chien de Melissa, Tofu, attiré par une bonne odeur de saucisse, s’écarte du groupe. C’est alors qu’un motard arrive équipé d’un filet. Il se penche, il attrape Tofu, l’installe sur son porte bagages et s’enfuit… Bienvenue dans The Unstoppables, un jeu valorisant la solidarité entre enfants.

Car nos quatre héros, comme tout héros qui se valent, ne sont pas des enfants comme les autres. Mai, Jan, Achim et Melissa sont dotés d’un pouvoir particulier.

 

Des atouts inattendus

The Unstoppables 2Melissa est aveugle, et ainsi équipée d’une canne bien pratique pour attraper les objets ou supprimer les toiles d’araignée qui gênent le passage de la bande. C’est son chien guide, Tofu, qui a été enlevé. Achim est en fauteuil. Cela permet au jeune garçon de gagner en rapidité et d’aider les autres à se déplacer en montant à l’arrière de son fauteuil.

Jan se meut avec lenteur mais sa force physique sauve les amis de bien des situations : il peut soulever le fauteuil d’Achim ou déplacer des obstacles. Enfin, Mai, petite en taille, est l’acrobate du groupe ; elle peut sauter afin d’atteindre des passages inaccessibles aux autres.

 

Le pouvoir des Unstoppables

IMG_6943Vous voyez, les quatre Unstoppables sont tous dotés d’un pouvoir particulièrement développé : celui de s’entraider en permanence pour avancer et dépasser les difficultés. Cette application, issue de la fondation suisse Cerebral en faveur des enfants handicapés, ne tombe dans aucun cliché. Oui, nos héros sont handicapés et ils doivent faire face à des problèmes bien classiques de la vie réelle: comme par exemple l’absence de signal sonore à un feu rouge pour Melissa ou des dénivelés importants sur la route qui bloque Achim. Mais au final, l’objectif visé est bien atteint : la solidarité naturelle est la voie la plus simple pour surmonter touts les obstacles.

 

De la lenteur

The Unstoppables 1Graphisme et ambiance sonore s’avèrent bien travaillés. Par contre, l’ergonomie de jeu manque de fluidité : avant de faire agir un personnage, il faut d’abord choisir son visage en haut de l’écran. Pour le déplacer, on appuie sur les flèches qui apparaissent à l’écran. Mais pour provoquer une action de sa part, il faut appuyer sur la vignette « Main » en bas d’écran.
Ces actions multiples nécessaires pour jouer donne une vraie lenteur au déroulé et peuvent paraître fastidieuses. D’autant qu’à chaque tableau, il faut faire avancer les enfants sur plusieurs écrans. Donc les choisir l’un après l’autre pour les faire agir et interagir. Les enfants dialoguent entre eux mais il n’y a pas de voix de lecture : leurs paroles s’affichent dans une bande de texte en bas d’écran.
En joueurs habitués à des voix d’applis et à une fluidité parfaite – je touche un personnage, il s’anime sous mon doigt – c’est presque déroutant.
Et la résolution de chaque tableau prend du temps : on déplace par exemple Achim. Mais un obstacle se présente… Alors on fait venir Jan, qui déplace les objets gênant le passage. Jan les déplace lentement. Puis doit revenir. On anime alors de nouveau Achim, etc.

 

Le choix des enfants

The Unstoppables 4J’avais mis cette application de côté à cause de ces défauts, avec l’impression que The Unstoppables avait été réalisé à partir de des règles d’ergonomie destinées à un jeu au clavier ou avec manette. Mais le test d’un adulte ne suffit pas parfois. Je me suis rendue compte que les enfants n’étaient pas forcément gênés par cette lenteur et, plus encore, qu’elle pouvait même renforcer leur satisfaction et fierté d’avoir résolu le tableau !
Je l’ai constaté chez des enfants de 6 à 8 ans – qui se sont fait aider de plus grands pour résoudre les casse-tête des tableaux. Les plus grands par contre s’impatientaient du manque de fluidité, habitués à des game play plus rapides. Mais ils étaient contents de donner un coup de main aux plus jeunes pour résoudre les tableaux.
Je ne suis pas sûre que cet effet fût recherché par l’équipe qui a développé et conçu cette application… Voici un double effet inattendu. La solidarité pourrait bien s’avérer indispensable pour résoudre The Unstoppables !

 

 

The Unstoppables

2 réponses

  1. On est déjà bloqués. On ne passe pas les graviers. Des suggestions?
    Sinon ça à l’air pas mal, mon grand cherche depuis 20 minutes. on a dû loupé quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.