Dernière mise à jour : juillet 2014
Résumé pour les pressés
:
Cette princesse aux petits pois, revisitée façon brocolis et choux fleurs, est un conte numérique délicatement écrit et animé, à l’humour et l’irrévérence bien dosés. Une belle réussite pour un premier ouvrage qui s’adresse aux enfants de 4 à 9 ans.
Prix : 4,49€
A télécharger sur l’Apple Store par ici
A télécharger sur le Google Play par là
A télécharger sur l’App-shop d’Amazon de ce côté ci

 

Délicats brocolis

Bien sûr, on pense à l’autre princesse, celle aux petits pois, si raffinée et délicate, selon le conte d’Andersen, qu’elle ne pût dormir, incommodée par le petit pois caché sous ses vingt matelas.
La princesse aux petits prouts reprend la trame du conte : un prince – enfin plutôt la reine mère – recherche une princesse, une vraie.
Mais ici la vraie princesse est d’abord celle qui puisse garder son élégance en toute circonstance et maîtriser les « indélicatesses que la nature lui ordonne d’accomplir. » même en cas d’ingestion d’un gratin de choux fleurs et brocolis – le terrible test que la reine impose aux prétendantes.

Alors que toutes les princesses environnantes ont été évincées par une dégustation de choix-fleurs/brocolis, une jeune femme frappe à la porte du château, cherchant l’asile pendant un orage – la princesse aux petits pois arrive de la même manière dans le conte.
Cette princesse là, fort belle et délicate mais si peu habituée aux règles de bienséance royale, va tout de même remporte le cœur du prince.
Car Lou, la princesse du vent, va passer avec succès le test redouté de la reine et transformer une séance de digestion difficile en concert de petits prouts charmants.

 

Le coupeur de cheveux d’ange

Vous voyez que le texte ne manque ni de raffinement dans le choix du vocabulaire, ni d’idées, justement dosées. Même si l’on reste dans l’univers très classique du prince cherchant princesse à épouser, Lou dénote par son caractère libre et poète.
Ce texte de Leïla Brient est illustré par les dessins de Claire Gaudriot, présentés sur fond de cahier d’écolier. Comme le texte, les illustrations oscillent entre irrévérence et bienveillance.

Tout ceci est assez joyeux et réussi. Musique et bruitages accompagnent l’ensemble qui s’anime ou que l’on anime à chaque écran de manière différente.
J’ai apprécié de nombreux petits détails comme le « flop flop flop » des papillons de la première page. Ou le visage à maquiller réellement dans un petit miroir de poche, tout en écoutant un morceau de clavecin. Parmi les inventions textuelles, je vous conseille la leçon de la princesse « Etiquette » qui sait se servir de 73 couverts. On se promène dans une série de cuillères, dont le coupeur de cheveux d’anges , le filet à vol-aux-vents ou encore le zigouilleur de petits pois, enfin, les deux zigouilleurs, l’un pour les êtres primitifs et l’autre pour les êtres raffinés.

 

Ca c’est un vrai livre

Pour leur premier ouvrage numérique, les jeunes éditions Audois et Alleuil ont placé la barre haute. Bien sûr, certains choix m’ont moins emporté, comme la déclaration du prince Archibald : l’enfant peut, en bougeant la tablette, déplacer un petit coeur rouge le long d’une ligne pour l’envoyer à la princesse Lou. C’est très bien réalisé mais finalement cela apporte peu à l’histoire.
Plus l’offre de livres numériques jeunesse se développe, plus les vrais  éditeurs – comme les vrais princes et princesses : ceux dont le coeur est pur et l’envie de s’adresser aux enfants lecteurs réelle – s’éloignent des  animations gadgets.
Pour les pré-lecteurs, les 4/6 ans, qui seront très intéressés par La princesse aux petits prouts, suivre un texte, lu ou écouté, tout en l’animant  est une tâche difficile : ils veulent jouer, toucher, tapoter et oublient le fil de l’histoire.

Pour les plus grands par contre, les 6/9 ans, l’animation ne les gêne guère, elle renforce leur expérience de lecture. Voici du moins mes dernières constatations lors de tests d’applis avec des enfants. Je me souviens surtout de l’émerveillement d’une petite fille de 5 ans qui utilisait pour la première fois un iPad : elle en a été fascinée. Initiée par une petite de 4 ans, très habituée à la tablette, elle a vite été mise au parfum : « ça c’est un livre, tu vois« , a dit la plus jeune. Et oui, que vous ne vouliez ou pas, oui, ça c’est un livre. Et en voici des extraits :


La princesse aux petits prouts par AudoisEtAlleuil

La princesse aux petits prouts

3 réponses

  1. Très joli livre, graphiquement superbe… Mais les interactions ne sont pas mises en avant de façon évidente pour l’enfant, qui doit un peu appuyer au hasard. J’ai trouvé « La sorcière sans nom » mieux fait de ce point de vue là.

  2. Oh mon beau prince!
    en ce jour de la Saint Valentin
    Promis je ne mangerai plus
    ni de chou fleur ni de brocolis
    en plus je deteste ça!!!
    car je sais que c’est Toi
    l’élu de Moncoeur
    signé la Princesse aux Petits Prouts

    Comme j’aimerais pouvoir rire avec toi
    Princesse aux petits pois
    oh pardon, aux petits prouts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.