Dernière mise à jour : juillet 2014
Résumé pour les pressés :
L’Apprimerie vient de publier une version revisitée du Voyage au centre de la terre de Jules Verne. Le texte s’enrichit d’effets visuels et textuels suffisamment bien dosés pour ne pas gêner la lecture. Un bel ouvrage.
Age idéal : à partir de 11 ans. Prix : 4,49€. Support : Apple Amazon Android .
A télécharger ici sur l’App Store
A télécharger là sur le Google Play
A télécharger de ce côté sur l’App-shop d’Amazon

 

 Plongée en lecture numérique

L’Apprimerie a sorti son livre numérique, ça y est ! Le projet de cette toute jeune société avait séduit en juin dernier les membres du jury des Wouap Doo Apps (dont La souris grise) , remportant le prix de la catégorie Littérature. Voici donc né un nouvel acteur de lecture immersive.
La production de livres numériques Jeunesse s’adresse fortement encore aux pré-lecteurs avec les albums numériques et aux apprentis lecteurs avec des aides ou des motivations à la lecture.

Peu d’éditeurs encore se positionnent sur les ouvrages numériques destinés aux lecteurs confirmés. Beaucoup estiment qu’un simple format e-pub, c’est à dire la réplication d’un texte en numérique, suffit pour ces lecteurs là qui n’ont besoin que de leur propre imaginaire pour s’immerger dans un texte.

 Certes, mais le numérique porte une magie nouvelle : la possibilité d’ajouter un peu de poudre fantasmagorique. Les livres d’aventures, de fantasy ou les policiers se portent fort bien à cette pratique. Byook par exemple l’a bien compris avec son Sherlock Holmes augmenté d’ambiances sonores et d’effets visuels légers sur le texte.

 

Aventure textuelle

L’Apprimerie est dans la même idée : faire du Voyage au centre de la terre une aventure textuelle mais aussi visuelle. Et ceci sans gêner le rythme de la lecture. Le texte original n’a pas été touché ou presque mais il a été fortement coupé. Cela reste une lecture réservée aux lecteurs confirmés mais elle est bien plus courte que l’originale.

La lecture commence, sur un fond sonore, qui s’arrête rapidement. On verra que par la suite,  les premières pages de chapitre sont toutes sonorisées et comportent une animation légère dans les numéros.  On se met à lire. Le tourné de page se fait en touchant la flèche de bas de page.

Le petit rond rouge permet d’accéder au sommaire présenté de manière très originale, concentrique : on touche un numéro de chapitre, il se positionne alors de lui même et ses pages s’affichent en miniature en haut du premier cercle.

 

Surprises

Seconde page : certains mots s’affichent en gras, comme « cristallisations rhomboédriques ». En lecteurs numériques avertis, on tapote dessus, et une petite définition en haut d’écran se positionne dans un pavé noir. Bon principe, qui donne immédiatement l’information sans gêner la lecture de qui n’est pas friand de ce type d’ajout.

Troisième page : on a l’impression d’entrer dans le cabinet de l’oncle, le professeur Lidenbrock : des cercles enserrent les paragraphes de texte. Ces ronds se transforment, sous la pression du doigt, en images représentant les types de minéraux ou pierres présentées dans le cabinet.

On poursuit la lecture… Et de page en page, de nouvelles surprises se produisent. Parfois on lit de manière classique. Parfois, le texte arrive au fur et à mesure de la lecture.

L’oncle donne un grand coup de poing sur la table. Le texte s’étire alors, un POING magistral tombe littéralement et bruyamment sur la page, avant de « voir » l’oncle se précipiter hors de chez lui par une présentation déstructurée du texte.
L’Apprimerie a compris qu’on pouvait jouer du texte si on sait le respecter.

 

 

Impressins et Inventins OO

Je n’ai pu rester insensible à tous les inventions textuelles de cette application. Les phrases par exemple sont organisées pour représenter visuellement la forme du cratère d’un volcan dans lequel descendent les explorateurs  Des spirales de textes s’agrandissent à l’écran.
Tous les « O » d’une page s’enfuient soudain devant nos yeux, tandis que l’eau manque à l’équipée. Une autre fois, le texte tombe du haut de la page et nous oblige soudain à lire de bas en haut. A un autre moment, le texte  est comme déformé par l’air chassé par les évents d’une baleine ou bien encore encore il disparaît dans un tourbillon marin.
Bien sûr il y a aussi les effets visuels et sonores  Comme ces champignons qui poussent sur la page, ou encore ces cristaux ou rocs qu’il faut chasser du doigt pour lire.

 

Pétillant

Voici une belle édition du Voyage de Jules Verne, qui a déjà une vertu très intéressante : celle de donner envie de relire ce classique. Pour les lecteurs qui le découvre, c’est une belle entrée en matière même si les coupures dans le texte original donnent souvent une impression de rupture, de saut dans le récit qui m’ont gêné. Dommage que le texte  complet n’ait pas été rajouté en option dans le sommaire. Cela aurait permis aux lecteurs le souhaitant d’aller plus loin de compléter leur exploration.

Par ailleurs, le texte alterne également avec des gravures, qui bizarrement m’ont peu apporté malgré leur qualité et leurs animations. En fait, j’aime beaucoup cette association permanente de jeux textuels et visuels pendant la lecture, si tant est qu’ils ne gênent pas le processus du lire.
Les vraies « coupures » d’images me semblent ici moins utiles. Sauf quand elles sont intégrées au texte, comme sur cette page où le doigt du lecteur devient lampe, éclairant d’un faisceau lumineux les phrases pour pouvoir les lire : c’est génial.

Si vos enfants, collégiens ou lycéens doivent lire du Jules Verne, proposez-leur cette version réinventée, cela devrait leur plaire. Et à vous aussi bien sûr.
Vous vous souvenez de ces bonbons qu’on mangeait enfant, doux au départ, qui se mettaient à pétiller doucement ensuite dans la bouche ? Voilà l’effet de ce Voyage : il surprend nos yeux sans nous brûler la cornée. Belle première production.

 

Voyage au centre de la terre

Une réponse

  1. Absolument magnifique, j’ai adoré! Le graphisme rapelle à tout moment celui de l’édition antédilluvienne que j’avais lue tout en ajoutant de la modernité ( et même de l’humour!) dans le collage et les effets…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.