Résumé pour les pressés :
Un e-book tout support porté de belles illustrations. Le scénario et l’histoire manquent cependant parfois de cohésion. A proposer à des enfants pré-lecteurs ou lecteurs débutants.  A télécharger ici sur l’Apple Store, sur le Google Play.

 

Douces illustrations

Les livres-applis jeunesse sont encore majoritairement prévus pour les supports d’Apple, les iPad et iPhone… et rarement distribués sur toutes les plate-formes, quelle que soit la marque de votre téléphone ou de votre tablette. 

Pour une fois, c’est le cas avec Apolline et Léon, la sorcière des Tuileries, une appli livresque publiée par un petit studio de développement.
Je profite de cette critique pour lancer un appel : si vous connaissez ou avez développé une appli ludo-éducative (de qualité bien sûr 😉 pour Androïd, prévenez La souris grise !

Revenons à l’histoire des deux petits parisiens Apolline et Léon. Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé les illustrations de cet e-book. Douces à l’oeil, elles sont ponctuées d’animations légères, suffisamment discrètes pour ne pas perturber la lecture et assez intelligentes pour qu’on ne les découvre pas tout de suite. C’est très réussi. D’autant que la sonorisation est de bonne qualité : des bruitages bien faits; une voix professionnelle; et une musique, quoique un peu répétitive, agréable.

 

Un manque de suspense

Là où ça se gâte, c’est au niveau de l’histoire et du texte. 

Apolline et Léon voient une vieille dame tous les samedis matins au jardin des Tuileries. Installée seule sur un banc, elle donne à manger aux pigeons. Les deux enfants s’imaginent – comme elle ne sourit jamais – qu’elle est une sorcière. Un jour, la dame oublie sur son banc un coffret : ils l’ouvrent, y découvrent une partition de musique sans savoir de quoi il s’agit. Puis d’un coup ils voient la dame avec un enfant à la main et la suivent jusqu’à chez elle pour découvrir qu’elle est en fait une gentille violoniste.

Tout ça est un peu-beaucoup expéditif et manque de descriptions textuelles élaborées… Et puis, pourquoi elle ne sourit jamais aux enfants du parc, cette dame qui donne des leçons de musique – à des enfants justement ? Par quel tour de passe-passe tout d’un coup la vieille dame tient un enfant par la main ? Et pourquoi diable Apolline et Léon ont le droit de sortir seuls du parc et de suivre une inconnue ? J’ai eu franchement l’impression qu’il manquait des pages à l’histoire.

 

Polyglottes

Sinon, du côté de la navigation, il y a du bon et moins bon 😉 Le sommaire est bien pratique et bien conçu : il s’agit d’une séquence d’images que l’on fait apparaître au besoin en bas d’écran. On peut le faire glisser pour se rendre à la page voulue. Voilà un bel effort de repérage, très adapté à une tablette.

Bizarrement, il manque une fonction qui me semble désormais impossible à ne pas proposer : on ne peut pas touner les pages avec le doigt ! Il faut, pour ce faire, appuyer sur une flèche. Les petites mains, habituées au glissé-pincé-tapoté, n’apprécieront pas forcément cet oubli.

Ah, sinon, pour les polyglottes, l’appli est traduite en quinze langues. Je proposerai cet e-book plutôt à des tout petits à partir de 3/4 ans et comme petit exercice de lecture aux débutants, jusqu’à 6/7 ans.
Avant-goût Studio prévoit d’autres épisodes d’Apolline et Léon. Gageons que les erreurs de jeunesse y seront corrigées !
Voici une vidéo de présentation de l’éditeur :

 

Apolline et Léon


Une réponse

  1. Et oui, enfin une histoire app sur Android, depuis le temps que je l’attendais.

    Mes enfants s’amusent bcp avec, plus dans l’interaction que dans l’histoire. N’étant pas des enfants d’Apple, le tournage de page ne les gènent pas vraiment.

    Niveau histoire, c’est vrai que c’est un peu baclé et expédié.

     

    Un première tentative à rééditer rapidement, Android va devenir LA référence dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.