Résumé pour les pressés :
L’éditeur numérique La souris qui raconte propose son premier livre Enfant sur iPad. Vous allez découvrir l’histoire d’un valeureux extraterrestre, qui va tenter en vain de résoudre les problèmes terrestres.
Age idéal : 8/10 ans. Support : iPad. A télécharger ici.

 

Premier opus iPad de La souris qui raconte

L’été a été riche en sorties iPadesques et smartphoniques. Et discrètement, La souris qui raconte a fait sa première incursion sur la tablette d’Apple. Cet éditeur 100% numérique, créé en juin 2010 – avant le succès des tablettes donc – dispose déjà d’un joli catalogue de titres à consulter via son siteIl était temps que LSQR pour les intimes teste les nouveaux supports numériques de lecture que constituent les tablettes.

Voilà chose faite avec Antiproblemus, un extraterrestre de la planète Toutvabien, un endroit où rien ne va jamais mal. Antiproblemus malgré ce qu’en dit le livre, a tout de même un problème : il est « régulateur de situations problématiques »… un métier plutôt confortable vous l’imaginez, sur une telle planète.

Alors notre valeureux extraterrestre se demande ce qu’est un vrai de vrai problème. Et il décide d’aller visiter une planète réputée pour ses inextricables soucis, la Terre. Antiproblemus va tenter de trouver la source des ennuis terrestres et son voyage va s’avérer bien perturbant : de la banquise aux Etats Unis, de l’Amérique à l’Europe, de la Chine à l’Afrique, Antiproblemus découvre toujours plus de malheurs, pollution, guerres, famines, maladies, et autres inégalités variées.

 

C’est un livre !

Que pense La souris – grise – d’Antiproblemus ? Et bien tout d’abord… c’est un livre ! C’est à dire que c’est une histoire à lire – ou à écouter. Par son vocabulaire, son scénario et ses idées, c’est un livre bien ficelé et intéressant à lire. Les tournures de phrase, régulièrement complexes et le choix du vocabulaire, riche, sont réservés à des lecteurs déjà aguerris.

Le livre est conseillé à partir de 7 ans, je la proposerai plutôt à partir de 8/9 ans. L’histoire d’ailleurs n’est pas rose bonbon : car il ne peut rien faire Antiproblemus pour résoudre seuls les mauvais engrenages des Terriens. Il s’enfuit de cette terrible planète et en conclut que sans solidarité entre les hommes, tous ces soucis ne s’arrêteront jamais.

Du côté du visuel, le texte change de taille de police à certains mots et les phrases ne sont pas forcément alignées les unes en dessous des autres : un effet que je n’ai pas plus apprécié que cela, je trouve que cela n’apporte pas grand chose en réalité. Les illustrations, agréables à l’œil, sont joliment colorées et des animations légères agrémentent la lecture, sans la perturber. Enfin, du côté du son, l’ambiance sonore est de bonne qualité, avec une voix professionnelle qui lit le texte et change d’intonations et accents en fonctions des langues parlées par les personnages. A ce propos un petit bonus : certains mots sont en anglais ou espagnols, mais traduits au besoin par des bulles.

On attend maintenant la suite. Le pas est fait et le partenaire technique trouvé – Ozwe, la société de Frédéric Kaplan, éditrice des BookApps – La souris qui raconte ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin.

 

Antiproblemus veut sauver la terre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.