Résumé pour les pressés :
Ce livre numérique raconte l’histoire d’un petit garçon, Scott, qui part en mer. C’est le premier titre d’un nouvel éditeur, Square Igloo.
Age idéal :  3/6 ans. Support : iPhone, iPad et Android. Prix : 2,99€ pour Apple ou Android.

 

 

Balade en mer

Signe de l’effervescence des applications livresques, voici un nouvel acteur, baptisé Square Igloo qui propose sa première appli « Le sous-marin de Scott ». Le cercle des éditeurs francophones d’applis ludo-éducatives s’élargit tous les jours !
Il s’agit de l’histoire d’un petit garçon, marin chanceux et talentueux puisque déjà propriétaire d’un sous-marin et habile pilote. Scott et son chat, Jazz, vont partir en mer, accompagnés d’une amie japonaise, Aïko. Ce petit équipage va aller se promener, découvrir une épave, résister habilement à une pieuvre chatouilleuse puis revenir au port.

Je me suis demandé pourquoi on sait qu’Aïko est japonaise alors qu’on ne connaît pas la nationalité de Scott, pourquoi il peut conduire un sous-marin et pourquoi l’histoire se termine comme elle a commencé : sans conclusion autre que le « au revoir » des deux amis. D’ailleurs le texte lui même reste descriptif. J’aurais aimé plus de poésie et mots choisis, des liaisons douces, et de vrais personnages dotés de personnalités.

 

Animations et photos

Heureusement l’univers marin et son habillage graphique fait qu’on oublie les imperfections textuelles. Voilà un beau travail de pro, avec certaines scènes très réussies, comme le banc de poissons argentés par exemple.

A propos du style de graphisme, on aime ou on aime moins, vous seuls pourrez être juge.
Des animations diverses ponctuent l’histoire. En tapotant sur l’image, certaines parties s’animent, la scène se met une ou deux fois à vibrer sous l’effet de la pieuvre géante.  L’enfant doit retrouver dans l’image une série d’éléments ou consulter des fiches informatives sur les animaux marins de l’histoire.

Enfin, et voilà une idée très intéressante, le petit utilisateur peut au cours du récit prendre des photos des images qu’il apprécie le plus. Cela peut être considéré comme un gadget et pourtant c’est une bonne idée pour revenir ensuite avec l’enfant sur les moments de lecture qu’il a préféré.

 

Double niveau

Du côté de l’habillage sonore, musiques d’ambiance et bruitages accompagnent la lecture. Une voix peut aussi l’accompagner mais – comme d’ailleurs 95% des applis actuelles – elle n’est pas professionnelle et personnellement j’ai eu du mal à l’écouter. Je parle là de la version française de l’application car vous pouvez choisir de l’écouter / la lire en anglais, espagnol et japonais.

Ah dernière chose : deux versions sont prévues. La première pour les tout petits propose un texte simplifié. La seconde pour les jeunes lecteurs dispose d’un texte plus long. A propos de cette seconde version, l’enfant doit, pour lire l’ensemble du texte, toucher une petite main qui renouvelle le texte de la page. L’idée était sûrement de ne pas imposer un texte trop important à l’image. Mais au final, Souriceau de 6 ans n’a pas trouvé cela très pratique et à plusieurs reprises n’a pas lu toute la « page ». Pour le reste, mon testeur maison a beaucoup aimé et surtout les photos, qui lui ont donné l’impression de participer pleinement.

 

Prometteur

Ma conclusion sur Scott est cependant partagée. Dans le marché actuel des applications francophones, voici une belle réalisation à ne pas laisser de côté et je vais suivre cet éditeur. Pourtant, l’alchimie ne m’a pas atteinte.
Il faut dire que j’avais lu une présentation dithyrambique de cette application, alors je m’attendais à quelque chose de fabuleux. J’ai d’ailleurs attendu que l’effet déceptif s’évapore avant d’écrire et que Souriceau me donne librement ses impressions (Et oui, vous saurez tout aujourd’hui sur la genèse d’une critique de souris ! ).

Si vous avez testé Scott, venez donner votre avis, je serais curieuse de connaître votre appréciation.

 

Le sous-marin de Scott

 

LesousmarindescottSquareigloo1.jpg

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.